Défi : 02/24-Le pratiquant qui fait de "la gonflette", analyse d’un mythe

Encore du retard, mais bon, j’avance; à mon rythme mais j’avance..

Bonne lecture de mon second article de Mon défi 24/12 Open-mouthed smile !

Une tentative de définition

Grands arguments de ceux qui ne font pas de musculation pour discréditer les pratiquants, le terme de gonflette est totalement ou presque rejeté par la communauté des pratiquants.

De plus, la définition qu’en donnent ceux qui parlent de gonflette est parfois vague, diverse, voir ils ne la connaissent même pas.

Les sites de musculation quant à eux, de la même façon que les pratiquants, en disent que c’est un mythe, que ça n’a rien de justifié.

Cependant si on considère que ce qualificatif a pour sens de désigner quelqu’un qui construit ou se forge une musculature qui ne sert pas, ne sert à rien, ou handicapante, malheureusement il faut l’avouer, il existe des pratiques pour lesquelles l’emploi de ce terme n’est peut-être pas totalement une aberration.

C’est pourquoi il faut prendre des précautions lorsqu’on commence la musculation ou pendant notre progression pour ne pas tomber dans ces pièges. Ce terme de piège est d’autant mieux justifié que l’on y tombe parfois sans s’en rendre compte.

La gonflette – Ou quand la musculation est contre productive

Comme je l’ai dit précédemment, il y a des cas où les pratiques pour acquérir “du muscle” sont aberrantes. Parfois dans un objectif strictement physique, parfois par le choix des exercices.

Le synthol

Tout d’abord parlons des substances type synthol que certains (surtout rependu au Brésil) s’injectent dans le muscle pour faire apparaître celui-ci plus volumineux. Dans ce cas bien évidemment, il est difficile de parler de fruit de la musculation, même si effectivement le muscle grossit (parfois monstrueusement) en apparence.

Ceux qui ne recherchent que le physique, même si cela peut être contestable, se diraient pourquoi pas? Eh bien sachez que cela donne un côté très artificiel au muscle (comme s’il était toujours contracté, même quand il est censé s’étirer), c’est facilement repérable et surtout qu’une fuite de ce produit ou le fait qu’il entre en contact avec d’autres tissus que le muscle peut entraîner des lésions nerveuses, des embolies, des crises cardiaques, des accidents cérébro-vasculaires et infections diverses jusqu’à la mort.

Il y a à ce sujet l’histoire de Romario dos Santos Alves, un homme de 25 ans de Caldas Novas au Brésil, fan de Hulk et voulant lui ressembler qui avait commencé à injecter du synthol dans ses muscles afin de les gonfler. Mais une fois qu’il a commencé, c’était difficile pour lui d’arrêter.

Gonflette

Romario Dos Santos Alves, la définition même de “la gonflette” (injections de synthol)

Après des injections répétées et une visite à l’hôpital, les médecins l’ont informé qu’il pourrait subir une amputation des bras parce qu’ils avaient des tissus nécrosés, causés par des bactéries par suite de ses injections, sans parler de ses reins qui étaient fortement endommagés par les toxines.

Donc je pense que nous sommes d’accord, ce type de méthode pour obtenir une apparence plus imposante n’est pas tellement enviable…

Les implants

Au moins une autre façon artificielle existe pour faire apparaître des muscles plus volumineux que ce qu’ils sont, et ce sont les implants.

Oui, comme les implants mammaires pour les demoiselles, il en existe aussi pour les messieurs qui ne veulent pas aller transpirer à la salle ou passer du temps à faire de l’activité physique pour développer leurs muscles.

Ceux-ci paraissent bien plus naturels, et les nouveaux en silicone peuvent tromper au point de ne presque pas reconnaître des vrais de faux!

Bien évidemment, ces implants n’ont aucun avantage fonctionnel, pas de force en plus, rien. De plus, je suis foncièrement contre le fait d’implanter quoi que ce soit d’étranger dans mon corps (sauf cas de santé urgent), ceci provoquera tôt ou tard des problèmes comme pour le scandale récent des prothèses mammaires féminines.

Raidissement des muscles, diminution de l’amplitude de mouvement.

Maintenant une petite anecdote pour introduire le problème suivant, datant de mes années en fac de sport.

Nous étions en cours pratique de Lutte, début du combat sur les genoux, et j’étais dans le groupe des plus lourds (oui je suis relativement lourd

Open-mouthed smile

). Un de mes camarades du groupe est vraiment une montagne de muscles, même sa démarche en était changée, comme les culturistes pro quoi, pas aussi sec qu’eux mais assez quand même pour rendre perceptibles ses abdos.

Le combat commence entre lui et moi, moi qui suis très souple pour un homme et assez technique pour un débutant, mais loin de lui en termes de masse musculaire. Je le mets à terre sur le dos pas sans peine (il est très stable), je le bloque comme je peux de tout mon poids et il n’est même pas capable de faire quoi que ce soit pour se retourner. Il avait vraiment peu d’amplitude de mouvement avec ses bras pour saisir ce qui se trouve dans son dos (c’est ce qui m’a permis de le mettre au sol), ou pour faire une torsion des épaules (c’est ce qui m’a permis de le maintenir au sol et l’empêcher de se retourner). C’est le cas le plus représentatif que j’ai rencontré dans ma vie.

Il était très musclé certes mais il aurait dû faire attention à ce que sa musculation reste fonctionnelle, que ses muscles restent souples au repos par la pratique entre autres d’étirements et d’exercices de musculation à grande amplitude. La musculation seule et non réfléchie ou non complétée peut contribuer au raidissement des muscles et diminue l’amplitude maximum de mouvement donc handicapant, au lieu de permettre un “plus” . Vraiment dommage.

Je n’utilise personnellement pas le terme de “Gonflette”, c’est simplement un terme que je n’aime pas, un mot-valise qui blesse certains, qui provoque d’autres… Cependant, une musculation “mauvaise” ou “contre productive” existe, il s’agit de toutes ces méthodes qui provoquent plus de handicap que si la musculation n’avait pas été pratiquée, ou moins pratiquée. En ajoutant à cela bien sûr, toutes les techniques artificielles pour paraître plus musclé et basées sur l’intrusion de matières/substances étrangères dans le corps.

De la musculation, pas de la gonflette

Malgré tout, pour faire de la gonflette, il faut le vouloir…

Bien évidemment pour le synthol et les implants, difficile de le faire sans le vouloir. Quant au raidissement des muscles en cas d’absence de stretching ou de petite amplitude d’exécution de mouvement, il faut ne pas avoir lu de magazine sur le sujet ou de site de musculation pour passer à côté…

Alors on va voir ici, pourquoi ceux qui qualifient la musculation en bloc de gonflette, n’ont vraiment rien compris.

D’abord, il faut savoir que l’épaisseur d’un muscle est quasi proportionnelle à sa force. Seulement “quasi”-proportionnelle car il y a des facteurs nerveux et qualitatifs qui entrent en compte (type de fibre musculaire et facteurs neuronaux). Mais deux muscles de même épaisseur sont de force semblable bien que l’un puisse être légèrement plus fort que l’autre. Un muscle un peu plus gros que l’autre peut donc être de force égale. Mais une grosse différence de volume donne forcément l’avantage de force au gros muscle (hors cas extrême). Mais il est impossible de gagner du muscle par la musculation sans gagner de force.

Par conséquent, ceux qui parlent de gonflette dans le sens où ils contestent que le pratiquant de musculation, en même temps qu’il gagne du volume musculaire, gagne de la force sont complètement en tort.

N’hésitez pas à dire ce que vous pensez de “la gonflette” en commentaire Winking smile !

Partager l'artilcle :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.