Qui suis-je ?

Qui est Mohamed ACAR, de musculation-naturelle.com ?

 

Tout d’abord, salut à tous !
Je m’appelle Mohamed Acar, j’ai 26 ans, et j’ai décidé de (re)-commencer la musculation et de tester certaines méthodes de pertes de gras (dans l’idéal uniquement du gras, sans perdre de muscle). Entre autre pour arriver à mes fins et pour faire les choses en connaissance de cause, j’ai décidé d’approfondir en même temps mes connaissances qui tournent autour de la musculation, et surtout pour me spécifier dans le domaine de la prise de masse, puisque j’ai déjà un certain bagage sur le sport en général par mes études et mon vécu (je vous raconte tout plus bas).

Je vais partager avec vous sur ce blog ce que j’apprends sur la musculation, et ce que j’apprends sur la diète. Dans l’idéal je voudrais développer une bonne masse musculaire, (je n’ai pas d’”objectif” en tête) tout en étant relativement maigre en termes de masse grasse.

Je ne cherche pas non plus à ressembler à un tas de veines se montant les unes sur les autres. Mais seulement la sangle abdominale dessinée par la forme des abdos, un dos énorme, des épaules énormes etc.

 

 

Maintenant parlons un peu de mon vécu, d’où je viens, qui je suis, où je souhaite aller et devenir ?

 

Eh bien je suis né le 20 décembre 1991 à Brémur et Vaurois, en Côte d’Or en Bourgogne (ou je sais je commence de vraiment très loin haha).Moi histoire

Mes parents sont des immigrés turcs. Mon père est venu en France après la Seconde Guerre mondiale par immigration légale pour travailler dans une scierie puis ma mère et mes frères et sœurs par la suite. Nous sommes 7 frères et sœurs, 4 filles et 3 garçons, je suis le plus petit.

École primaire, scolarité difficile, très difficile. Collège, à peu près pareil, je passe les années de justesse à chaque fois. Dailleurs à cette époque, aucune hygiène alimentaire à la maison. Donc surpoids apparent. Mais c’est l’adolescence, ça arrive à certains à cause du dérèglement hormonal, ça s’arrangera sans doute par la suite (ou pas).

Lycée, les choses se gâtent. Il y a le bac… Bon, avant ça, 2nd ça va. 1re, catastrophe (pour des raisons que je ne peux me permettre de citer ici), ces évènements abattent l’expert du passage de classe « de justesse », toujours juste ce qu’il faut, 10/11 de moyenne et hop… Mais c’est fini.

L’expert du passage de justesse est abattu mais je refuse l’échec. Par quelques tours de magie je passe en force (passage contre l’avis du conseil de classe) = > eh oui, petite signature en cachette, et les profs etc. ne veulent pas vraiment se retrouver dans une situation délicate de conflit etc., pas de rendez-vous, ça passe crème. Personne d’autre que moi n’est au couraMoi histoire 5nt, je passe en terminale.

Il faut savoir qu’en seconde comme en première, je suis obèse, clairement. J’avais dépassé la barre des 90 kg pour 1m67 ou 70 environs, et pas de sport si ce n’est un tour de VTT tous les soirs, une pente raide à l’aller de 4 km puis 2 km de plat, et puis le retour en descente à fond. Bien sûr, avec les petites vitesses, ça devient très vite trop facile. Alors je monte et descends uniquement sur le plateau et la vitesse les plus élevés, les plus durs et ça tous les soirs ou presque pour évacuer ma haine, mes chagrins etc. que je vis dans la journée au lycée. Oui, être un obèse à 16/17/18 ans ce n’est pas facile. Bon, une bonne chose que cette époque m’a laissée, mes cuisses. Très bon environnement hormonal (adolescence) et pente pour bien pousser le muscle à bout, alimentation riche (en tout malheureusement) et mes cuisses se développent encore et encore, et je parais encore plus gros, comme si mon ventre ne suffisait pas.

 

 

Un voyage en Turquie, un tournant dans ma vie

 

Donc je suis en fin de première. Et on va en vacances en Turquie. Le bled comme on dit. Je décide de passer une ou deux semaines chez mon oncle éleveur entre autres de moutons. Je décide de partir avec mon cousin balader les moutons dans les plaines en berger amateur. La nourriture ne me plaît pas, je ne me sens pas dans mon assiette, je ne mange (presque) plus. Résultat, en 3 semaines, je perds 14 kg.

Sur le coup, je ne m’en rends pas compte. Chez nous, nous n’avions pas de miroir qui montre tout le corps. Mais les vacances prennent fin, et nous revenons en France…

Et là, le choc. Tant physiquement que psychologiquement. Un manque dans mon corps. Mon ventre qui se posait à côté de moi quand je me couchais, plus là. Les amis au lycée qui changent complètement leur comportement à mon égard. Les filles je n’en parle même pas.

C’est à cette époque que la musculation et le VTT ont été ma thérapie.
La musculation ça se passait dans ma chambre avec deux haltères, un certain nombre de disques que j’achetais en fonction de mes besoins au fur et à mesure. Donc forcément pour les pecs sans banc c’était compliqué, donc une musculation de novice avec du matériel très limité mais avec une rage énorme envers ceux qui hier étaient mes bourreaux (oui, et je pèse mes mots, et je ne pense pas que beaucoup de « gros » en soient épargnés) et qui aujourd’hui sont tellement proches, et ces filles, tellement avenantes et sympathiques, souriantes, tellement belles à mes yeux, pour mes yeux ? C’était possible ça ? Cette hypocrisie, tous ? On dirait bien.

Et maintenant, que faire ? Accepter, oublier et profiter, ou rester fidèle à mon histoire, à mon passé, et refuser d’oublier, ne pas devenir comme eux, ne pas descendre à leur niveau ?

J’ai refusé.

Mais j’ai laissé faire en apparence.

Cette rage ainsi que ce changement physique soudain m’ont donné la force, toutes les raisons etc. dans le silence et la solitude de ma chambre, à l’abri et dans l’ombre de tous ces gens superficiels, de devenir super-balèze. Quelqu’un d’exceptionnel, quelqu’un qu’ils ne seraient jamais. Je suis vite devenu le gars musclé de la classe qu’il vaut mieux ne pas agacer, qu’il vaut mieux avoir comme ami.

Bon, j’effectuais mes séances de manière très malhabile, approximative etc., mais la prédisposition hormonale de l’adolescence et le fait que je sois débutant m’ont quand même permis de me développer rapidement.

Le bac raté la première fois, je le réussis la deuxième fois de justesse grâce au turc LV3 (17/20). Je me souviens avoir calculé que s’il m’avait manqué 1.5points sur une matière coef 2 (le coefficient le plus petit), j’aurai encore raté mon bac. Mais je l’ai eu.

 

 

Les années S.T.A.P.S.

 

Avec mes résultats scolaires très moyens, peu d’ambition, ou de l’ambition “cassée” par les pseudo-pros de l’orientation, je décide d’aller en fac de sport pour devenir prof d’EPS. C’est le choix le moins « pire » qui semblait se présenter à moi, j’étais bon en sport après tout.

Forcément en fac de sport, j’étais sportif. Sachant que j’en faisais beaucoup plus que ce que me demandait la fac. J’ai même été en surentraînement (le vrai avec les conséquences psychologiques et co., pas celui dont on entend parler partout) à une époque où j’étais à 5 à 7 heures de sport par jour, et des sports différents et pas un marathon tout doux (mais pas en continuité non plus).

Je continuais mais de manière très irrégulière la muscu. Parfois j’étais trop fatigué pour y aller, parfois j’étais blessé, parfois il valait mieux éviter avant une séance d’évaluation dans un autre sport etc. donc pas/peu de développement.
Forcément, fidèle à moi-même, Je rate ma première L1. Je réussis ma L2 du premier coup (wouaouh !). Je rate ma première L3, et ma deuxième L3 aussi… Là c’est trop.

J’ai arrêté en L3 après avoir raté une seconde fois mon année et ne plus avoir aucune envie d’être prof d’EPS… J’ai travaillé pendant mes études (pendant 3 ans) avec plusieurs profs d’EPS dans des établissements différents et j’ai perdu tout goût pour ce métier et de l’éducation nationale par la même occasion, de la manière dont on gâche le potentiel des élèves en prétextant que l’éducation nationale c’est “un gros mammouth”, qui met beaucoup de temps à s’adapter aux nouvelles découvertes scientifiques, aux nouvelles méthodes pédagogiques qui fonctionnent mieux etc. citation d’un responsable de l’académie de Créteil.

 

Et plus récemment…

 

Puis pour rejoindre ma conjointe, je suis allé a Drancy (Seine Saint Denis, 93, banlieue Parisienne, quartier chaud). J’ai travaillé là-bas dans la sécurité dans un lycée (oui oui là-bas on a des APS (assistant chargé de prévention et de sécurité) dans les lycées, il me fallait un taf…) j’ai travaillé là-bas pendant 1 an, puis on a décidé de partir dans l’Ain, proche de la frontière suisse, On est très bien payé là-bas apparemment.

Cependant changement de programme. J’ai mes droits au chômage parce que mon CDD n’a pas été renouvelé à Drancy, des droits pour 2 ans, et un projet de vie qui me traînait dans la tête depuis longtemps, en dire plutôt que c’est un idéal serait plus juste.

Ce projet, c’est de créer un blog et de vendre des formations/etc. pour être indépendant géographiquement et gagner assez d’argent via cette méthode pour en vivre (pas forcément en France). Donc 1000€/mois me suffiraient sans doute.

C’est là où j’en suis. J’ai donc créé mon blog sur la musculation naturelle < https://musculation-naturelle.com/> dont je n’ai pas encore exactement défini l’orientation. Je suis encore en train de l’alimenter, je n’en suis qu’au début. Ce blog à deux voir trois objectifs.

  • Tout d’abord, pour m’assurer de continuer à me muscler et baisser mon taux de masse grasse en montrant à ceux qui me suivent que c’est possible, pas vraiment compliqué, que c’est simple mais que ça demande effectivement beaucoup d’effort et un certain temps (cela dépend de l’objectif et de la vitesse de progression que nous voulons avoir).
  • Deuxièmement parce que je veux faire de ce blog ma nouvelle entreprise. Comme je l’ai expliqué, des formations ou des programmes, en fonction de ce que mes lecteurs voudront. Mais vraiment des formations de qualité dans l’idéal inégalées, qui fonctionnent bien évidemment et qui forment les pratiquants par la même occasion pour les rendre d’avantages autonomes.
  • Troisièmement, me lancer dans le monde du blogging et sur internet pour me faire de l’expérience, développer mes compétences dans ce domaine et me faire connaître. J’ai beaucoup de centres d’intérêt et j’aimerais vraiment les partager avec le plus de monde possible, j’adorerai ça. Mais pour l’heure, il me faut une source de revenu avant la fin de mes droits au chômage, alors je ne peux pas m’éparpiller. Je dois me concentrer sur ce blog pour trouver assez de lecteurs intéressés par mon travail, mes articles, mon blog, mon concept, et surtout construire des produits vraiment intéressants qui vont aider mes lecteurs à progresser vers leurs objectifs ou leur permettre d’y voir plus clair quant à leurs objectifs personnels, les trouver et les aider à les atteindre.

Bon, je crois que j’ai à peu près tout dit.

Si vous voulez savoir autre chose ou avoir d’autres informations à mon sujet, laissez un commentaire ou contactez-moi, je me ferai un plaisir de vous répondre et/ou de compléter la page. Winking smile

Merci de m’avoir lu.

Mohamed Acar.

Partager l'artilcle :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage